Les 5 étapes clés d’une présentation professionnelle inoubliable

Je ne passerai pas par 4 chemins, un seul suffira avec 5 étapes clés pour réussir à coup sûr sa présentation. Avant de commencer d’énumérer ces 5 étapes, si vous pensez que vous ne maitrisez pas suffisamment PowerPoint pour y arriver, ou au contraire que vous êtes le roi des slides, ne partez pas tout de suite, nous n’allons pas beaucoup parler de PowerPoint. Pourquoi ? Parce que les 5 étapes d’une bonne présentation s’élaborent d’abord dans votre cerveau, puis avec un crayon sur la nappe en papier d’un restaurant par exemple, avant de créer vos aides visuelles, et enfin sur scène ou en réunion devant votre public. Puisque vous comptez bien, objectif, idées, slides, scène, ça fait 4. Haha, vous avez déjà vu une histoire dans laquelle on vous donne toutes les clés dès le début ? Que nenni !
Pas de panique la cinquième clé fait bien partie de l’histoire, mais chaque chose en son temps. Si vous suivez bien, vous la découvrirez tout seul avant la fin de cette page.
Reprenons donc dans l’ordre.

Etape 1 : La clé de l’objectif d’une bonne présentation.

Cette clé est la plus simple de toutes. Elle est droite, lisse, sans fioriture. Elle est tellement simple, qu’elle ouvre toutes les portes. C’est une sorte de passe partout avec tout de même une particularité. Elle ne sert qu’une fois. Il faut juste choisir la bonne porte. Cette porte représente votre objectif. On ne peut pas faire une bonne présentation sans avoir un but précis. C’est lui qui va déterminer le contenu de votre présentation, son fil conducteur, autour duquel toutes vos idées s’organiseront.

Mais ne vous trompez pas, l’objectif n’a rien à voir avec votre contenu, en tout cas pour le moment. Votre objectif est directement lié à votre public et à une seule question à vous poser. « Qu’est-ce que je veux que mon public fasse après avoir suivi ma présentation ?». Les réponses sont diverses mais elles ont en commun le mot « action ». Vous voulez que votre public fasse quelque chose provoqué par votre intervention. Par exemple, qu’ils en parlent, qu’ils se connectent à votre site pour en savoir plus, qu’ils prennent rendez-vous, qu’ils achètent votre produit, qu’ils s’inscrivent à votre programme, etc..

En déterminant cette action finale, vous pourrez vous appuyer dessus pour vous poser les bonnes questions face à la pertinence de telle ou telle information à mettre en scène dans votre présentation.

Etape 2 : La clé des Idées.

A l’ère du numérique, plus personne ne prend un stylo pour blablabla et blablabla… avant on prenait le temps de tremper sa plume et blablabla et blablabla… Bon d’accord, c’est mal ! En dehors du fait que le charme des cursives, des pleins et des déliés se perde dans le capharnaüm du « tapoti » des claviers, jeter sur le papier quelques mots ou croquis rapides permet d’aller à l’essentiel. Voilà, c’est ça, l’ESSENTIEL c’est de cela dont il s’agit. Cette clé protéiforme, tantôt crayon, feutre, ou stylet, est le prolongement direct du cerveau. C’est le chemin le plus court entre l’idée et son expression (en dehors de la parole que nous évoquerons plus loin). En y ajoutant des flèches, des encadrés, des ratures, et toute sorte de symboles, on obtient rapidement une sorte de partition. Il y a deux conditions à son efficacité. La première, même si elle est évidente n’est pas toujours remplie, c’est de connaitre son sujet. La deuxième, même si elle n’est pas évidente est essentielle, rester focus sur la clé CERVEAU. Vous savez…l’objectif de votre présentation.

Prenons un exemple simple. Vous devez présenter votre plan marketing au CODIR. Pourquoi ? Parce qu’ils vous l’ont demandé pardi ! Là, ça part très mal. Non, bien sûr… Parce qu’ils veulent savoir ce que vous avez prévu de génial pour l’année prochaine. Votre clé Objectif est maintenant très claire. Surprendre le CODIR avec ce qui est génial dans votre plan, pour qu’ils valident sans concession vos prévisions et le reste.

Un papier, un crayon et c’est parti pour le plan du plan. Commencez par un titre qui vous emmène là où vous voulez. Par exemple : PLAN MARKETING 2020. Vous commencez à connaitre mon humour. Evidemment pas du tout. Trouvez quelque chose d’inspirant comme : « DIGITAL 20 sur 20 pour 2020 », ou bien « des clips et des clicks » (si vous partez sur des capsules vidéos), bref you’ve got the idea. Osez surprendre, on vous écoutera.

Ensuite n’hésitez pas à dessiner vos 5 slides principales en incluant un titre clair et efficace, et une idée de visuel qui donne de la perspective à votre contenu.

Etape 3 : La clé des SLIDES

Vous avez votre objectif, votre titre, et la liste des contenus qui en découlent. Votre présentation est presque faite. Si si, mais attention, cette clé est frivole et volatile, elle peut vous ouvrir les portes d’univers fabuleux comme celles de l’enfer des nuits blanches. Si dans vos souvenirs enfouis d’enfant, résonnent encore les mots « il ou elle a un vrai talent, il faut qu’il fasse les arts déco » foncez, ouvrez toutes les portes et lancez-vous dans de folles animations dynamiques, si au contraire vous avez souvent entendu « il est trèèèès beau ton dessin, mais non ce n’est pas un gribouillis » restez sobre. Concentrez-vous sur la qualité des images que vous allez intégrer à votre présentation. Choisissez des visuels qui contiennent une large zone unie comme un ciel, une partie plus sombre ou un mur ombragé sur lequel vous pourrez y insérez un titre noir ou blanc contrastant avec le fond. En alliant quelques mots à un visuel adapté, vous allez renforcer le sens et l’impact de vos slides.

Alternez avec quelques slides plus minimalistes, sans image mais en créant à nouveau du contraste en osant marier des grandes tailles de caractères à des zones de textes colorées au texte fin et délicat.

Enfin, alignez, alignez, alignez ! Faites tout ce que vous pouvez pour que les éléments qui composent votre slide ne flottent pas et soient alignés au moins à un autre élément (il y a dans PowerPoint des outils pour ça).

Et n’oubliez pas, vous êtes l’expert, ne gardez que l’essentiel et évitez de vous justifier en expliquant tous vos choix. C’est le meilleur moyen de montrer que vous êtes sûr de vous et c’est ce qui vous servira pour le jour J.

Etape 4 : La clé de la SCENE ou comment se présenter

Votre présentation PowerPoint tient la route. Votre contenu est ciselé, clair, inspirant, mais il faut présenter devant un public votre œuvre et surtout votre vision. Cette clé est… mais où est-elle ? C’est vrai ça, je crois que je ne l’ai jamais utilisée. Pourtant j’étais sûr de l’avoir mise dans ce pot à crayon. Là, pas besoin de relire Freud pour catégoriser ce geste dans les actes manqués. La plupart des gens perdent volontairement cette clé. Et pour cause, elle ouvre un petit passage secret pour une seule personne, couvert de miroirs qui vous renvoient votre image comme un clown qui essayerait de faire rire un champignon. Oui vous avez compris, c’est la phase d’entraînement, de répétition, où seul face à vous-même vous devez y croire, vous devez répéter à voix haute jusqu’à oublier vos slides. C’est difficile, mais tellement efficace.

Prévoyez si possible 3 séances avant le jour J. Si votre intervention dure une demi-heure bloquez une heure et demi pour chaque séance. Pensez à votre clé Objectif, à vos spectateurs, à ce que vous voulez qu’ils fassent après vous avoir écouté (en dehors de vous applaudir). Mettez-vous debout…si si, debout… prenez une grande respiration, souriez, et… vous n’avez pas encore dit un mot et pourtant vous venez déjà de travailler au moins 50% de l’impact de votre prise de parole. Le reste vous le connaissez mais pas forcément votre auditoire. Alors prenez le temps, respirez entre chaque idée, articulez plus que de raison, parce que le jour J vous irez de toute façon trop vite. Pourquoi ? Ou bien pour vous débarrasser le plus vite possible de ce moment stressant, dans ce cas, c’est que vous n’avez pas bien cherché la clé, ou parce que vous êtes fier de votre contenu, et ça c’est bien.

Etape 5 : La cinquième clé d’une bonne présentation, c’est vous

Cette dernière clé, vous êtes seuls à la posséder, il n’y en a pas deux identiques, et vous ne pouvez pas la perdre, parce que cette cinquième clé c’est vous. C’est vous qu’on écoute, et parce que vous êtes là, tout le monde vous considère comme expert ou experte, et ils ont raison, sinon vous ne seriez pas là. Vous en savez forcément plus qu’eux, en tout cas sur votre présentation. Alors c’est le moment d’affirmer vos convictions avec aplomb, d’emmener votre public doucement vers votre objectif, de les amuser avec une ou deux anecdotes personnelles, de les surprendre avec quelques données incroyables, mais avec une seule règle, ne pas vous justifier. Ne montrez que ce qui compte, mais pas les coulisses. Moins vous justifiez plus vous êtes crédible, et si vous tombez sur un mauvais coucheur un peu retord qui cherche à vous coincer autour d’une question pointue, restez zen, félicitez-le pour son expertise, et donnez lui rendez-vous après pour en discuter.

En conclusion

Déterminez clairement l’objectif de votre prise de parole, et visualisez l’action que vous désirez que votre auditoire accomplisse, organisez vos idées par des croquis simples avant d’ouvrir votre logiciel préféré de présentation, agencez vos contenus en créant du contraste entre les visuels et les textes, répétez, répétez, répétez, et enfin croyez en vous.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.